Comment imprimer un maillot?

Comment faire une impression sur un maillot ?

La préparation correcte des graphismes d’un maillot est un véritable défi pour un designer débutant. pour imprimer un maillot

 

Les procédés pour imprimer un maillot

Des connaissances générales sur l’utilisation des logiciels ne suffisent pas pour transférer correctement le dessin sur le matériau.

Dès le premier contact avec l’imprimerie, vous serez inondé de questions liées à la technologie de l’impression.

Il existe plusieurs méthodes de base pour le marquage des vêtements :

Chacun d’eux a des exigences différentes pour la préparation des graphiques et le format de fichier accepté.

Si vous voulez éviter un éventuel surcoût pour l’adaptation de votre dessin ou modèle, suivez nos conseils 🙂

Pour réaliser une bonne impression sur maillot, il faut des connaissances liées aux processus de production.

Elle est nécessaire dès la création du projet, qui doit tenir compte des possibilités et des limites de la technique d’impression choisie.

 

Par où commencer ?

Choix de la technique d’impression sur le maillot

La méthode de marquage est choisie en fonction de plusieurs lignes directrices.

Un employé de l’imprimerie dans laquelle vous exécuterez la commande s’informera à leur sujet.

Soyez prêt à préciser!

  • le matériau du vêtement (par exemple, polyester, coton) et le type de chemise (par exemple, polo, à manches longues) sur lequel vous souhaitez imprimer.

C’est une question très importante car toutes les techniques ne peuvent pas être réalisées sur le coton par exemple.

  • les couleurs du vêtement commandé.
  • le nombre de pièces (il est bon de déterminer d’emblée le nombre de chemises dont vous aurez besoin.

Certaines techniques, par exemple la sérigraphie, sont rentables pour les grands tirages, d’autres, comme la DTG, sont recommandées pour les pièces uniques).

Vous pouvez aussi imprimer vous même le maillot, suivez les instructions suivantes.

Une fois que vous avez recueilli ces informations, la question revient à savoir quel type de marquage choisir ?

Je vais décrire unes des techniques d’impression les plus populaires.

Je commencerai par la plus petite.

Grâce à cette liste, vous devriez savoir quelle technique utiliser et comment préparer le projet :

 

imprimer un maillot

 

SUBLI-FLOCK pour imprimer un maillot

La technique du subli-flock est un mélange de sublimation et de découpe au traceur pour imprimer un maillot.

Ce type d’impression sera utilisé pour les petits tirages (à partir d’une pièce), lorsque :

  • la complexité du projet rend impossible l’utilisation de la feuille flexible.
  • Nous voulons que le maillot ou le chemisier soit en coton.

Le processus de production, tout comme la combinaison des deux techniques, consiste à imprimer sur une feuille spéciale, qui est ensuite découpée à l’aide d’un traceur.

Malheureusement, cette technique n’est pas parfaite.

Il est souvent nécessaire d’ajouter un “contour” au dessin, ce qui permet de découper le graphique en toute sécurité sans craindre de le perturber.

La surimpression semble être assez “lourde”, le graphique de fond est une partie de la feuille.

Celle-ci est relativement épaisse, sa forme ressemble à une toison lisse. Il crée une surface compacte et fermée sur un maillot.

Le film ne laisse pas passer l’air et, de ce fait, les maillots avec des impressions plus grandes peuvent être inconfortables à utiliser.

Je déconseille donc de faire des impressions sur des vêtements destinés au sport ou sur des maillots fins.

Sur les sweatshirts ou les vestes, l’impression fonctionne très bien 🙂 .

Il est intéressant d’utiliser cette technique pour les petites chevalières, les armoiries, les logotypes (impression sur les casquettes, sur le torse de la chemise).

La structure de l’imprimé est très belle sur les vêtements en laine. Le film se compose avec la matière du chemisier.



Comment le projet doit-il être préparé pour l’impression par sublimation ?

a) le format de fichier

Vecteur – en raison de la nécessité d’ajouter des lignes de coupe au traceur, le fichier du projet doit être enregistré en format vectoriel. Le graphique lui-même peut rester un bitmap.


b) les couleurs

Couleur, impression en espace CMJN


c) la taille minimale des éléments (point, épaisseur de la ligne)

Aucune limitation, mais de légères bavures doivent être prises en compte dans le cas d’une structure de film “maillée


d) le niveau de complexité

La technique donne la possibilité d’imprimer des dessins complexes avec toutes sortes d’effets, d’ombres, de couleurs.

En outre, veuillez noter que vous devez ajouter une esquisse au projet (ce qui peut affecter l’apparence finale des graphiques) et une ligne de coupe au traceur.


e) la taille de la surimpression

Dépend de l’imprimerie. Le format le plus fréquemment rencontré est le format A3.

 

Les avantages et inconvénient

+ impression à partir de 1 pièce

+ impression de dessins multicolores complexes

+L’impression sur la plupart des matériaux colorés (coton, polyester, mélanges)

+ marquage des endroits ou des casquettes difficiles à atteindre

– il est souvent nécessaire d’ajouter une esquisse au projet afin de faciliter le découpage du traceur

– les empreintes sont assez “lourdes” en raison de leur structure et de leur forme

 

Si vous voulez en savoir plus sur les autres dont le flocage, suivez le lien

 

 

 

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

TOP machine à flocage

X
Machine à flocage et presse à chaud
Logo
Enable registration in settings - general